UN AVANTAGE FISCAL

POUR LES RÉSIDENCES DE TOURISME



Investir dans des travaux de rénovation d’une résidence de tourisme permet aux propriétaires de réduire de leurs impôts 20% des dépenses payées.


Depuis le 1er janvier, les résidences de tourisme neuves n’ont plus droit à l’avantage fiscal CENSI-BOUVARD, contrairement aux résidences étudiantes et séniors qui continuent d’en bénéficier, au moins jusqu’à fin 2017.

PLUSIEURS CONDITIONS
La loi de finances pour 2017 a prévu une compensation pour remettre en état un parc vieillissant. La réhabilitation d’anciennes résidences de tourisme peut générer un avantage fiscal de 20% sur les dépenses de travaux dans la limite de 22 000 euros par logement réhabilité et sous certaines conditions.
Ces travaux peuvent porter sur la rénovation énergétique (isolation thermique, chauffage ou fourniture d’eau chaude…), le ravalement, ou encore d’adaptation aux personnes handicapés des logements de plus de 15 ans.
Ces logements doivent appartenir aux contribuables en totalité ou en indivision. En sont exclus les biens détenus en SCI ou lorsqu’ils sont démembrés entre nu-propriétaire et usufruitier. Et seuls les travaux votés en assemblée générale en 2017 et en 2019 donnent droit à ce bonus fiscal.

JUSQU’À 4400 € DE RÉDUCTION SUR 3 ANS
Pour en bénéficier, le propriétaire doit s’engager à louer le logement à l’exploitant de la résidence durant 5 ans, à l’achèvement des travaux ou à des particuliers, durant 12 semaines au minimum s’il s’agit d’un meublé de tourisme. Au total, la réduction d’impôt maxi- male s’élève à 4400 euros sur une période de 3 ans. Elle prend effet l’année du paiement de la facture par le syndic de copropriété. Aucun report n’est prévu lorsque la réduction d’impôt dû par le propriétaire.

n° 124 de 03/2017


logo Domîciles