Accueil du site > Articles > Habitat écologique > VISEZ LA MAISON BIOCLIMATIQUE

VISEZ LA MAISON BIOCLIMATIQUE



En climat tropical, la sensation de confort passe par la protection solaire du bâti, l’utilisation du vent qui assèche et rafraîchit et l’emploi du végétal et des matériaux locaux. Lors de l’achat du terrain en vue d’une construction, ou d’une maison déjà construite, portez votre attention sur l’orientation de celle-ci par rapport aux vents dominants et au soleil. C’est à cette condition qu’elle peut être bioclimatique c’est-à-dire tirer au mieux parti de son environnement notamment climatique.


Soumise à un climat tropical et à la proximité de l’océan, l’île bénéficie de températures qui varient peu au cours de l’année (3 à 4 degrés d’écart en moyenne entre les mois de février et d’août). Pendant le Carême, un flux d’alizé régulier et soutenu assure une bonne ventilation, et les températures ne dépassent pas 28 à 30 degrés l’après-midi. Pendant l’hivernage au contraire, la force de l’alizé diminue, l’humidité est très forte et les températures atteignent 31 à 32 degrés l’après-midi sous abri. Il faut donc se défendre de la chaleur et profiter au mieux des vents. C’est le principe même de la maison bioclimatique, celle dont la conception, aux Antilles, se rapproche le plus des maisons créoles traditionnelles.

TIRER PARTI DE LA VENTILATION NATURELLE
Sachant que les alizés soufflent de façon permanente et régulière, assez forte à forte en période de Carême (30 à 50 km/h) et souvent plus faiblement et irrégulièrement en hivernage, mieux vaut les utiliser en favorisant le captage transversal de ces vents dominants. Grâce à une ventilation naturelle et performante, la maison restera fraîche même en saison sèche.
> Privilégiez de grandes ouvertures en façade, habillées de jalousies en bois orientables ou en aluminium anti UV, et de claustras, de façon à optimiser la circulation naturelle de l’air. Veillez aussi à ce que cette ventilation naturelle ne soit pas masquée par un relief.
> Techniquement, les ouvertures concernant chaque flux d’air doivent être percées dans deux parois, opposées ou latérales et les ouvertures de parois internes, concernées par un flux d’air, doivent être de surface supérieure à la plus petite des ouvertures de façade.
> Lorsqu’une pièce (une chambre par exemple) ne bénéficie pas d’au moins deux ouvertures sur l’extérieur appartenant à deux façades d’orientations différentes, il sera nécessaire de l’équiper d’un ventilateur de plafond (ou de deux si la surface est supérieure à 30 m2, voire 20 m2 pour un séjour).

SE PROTÉGER DE LA CHALEUR
Débords de toit qui protègent les façades du soleil et de la pluie, toiture sur-isolée, brise-soleil, orientation des façades principales : il faut limiter les apports solaires directs.

> Le maximum d’apport de chaleur se faisant côté Est et Ouest, il convient donc de minimiser la surface exposée dans ces deux directions. La forme optimale d’une maison est donc une forme allongée Est-Ouest, les deux façades principales regardant le nord et le sud.
> La pose de brise-soleil et d’avancées de toits protège les vitrages des rayons solaires et apporte une luminosité diffuse, tandis que les grandes parties vitrées placées à l’ombre font bénéficier les espaces intérieurs d’une pénombre permanente. Pensez à des pare-soleil orientables.
> L’habillage des murs extérieurs d’une « deuxième peau » réalisée avec du bois ou des parements, voire des bardages composite, contribue à réduire fortement les effets du rayonnement solaire sur les murs.
> Distribuer les pièces de façon à ce que ce soient des pièces peu utilisées qui soient les plus exposées : arrière cuisine, sanitaires, salle de bain, dégagement, ce qui préservera le confort thermique des autres pièces (chambres, séjour, bureau, etc.)

JOUEZ DE LA VÉGÉTATION

> Ne coupez pas les arbres et grands arbustes qui existent sur votre terrain, avant d’avoir situé votre future maison. Elle peut vous abriter de la chaleur en faisant écran au soleil. Elle permet aussi de maintenir la fraîcheur du sol en limitant ainsi les montées de températures tout autour de la maison.

> Préférez le gazon aux allées gravillonnées ou au ciment autour de la maison, pour les mêmes raisons.

BANNISSEZ LES COULEURS SOMBRES
Les couleurs claires (blanc, jaune, orange, rouge clair) réfléchissent lumière et chaleur. Elles sont à privilégier pour les façades, les stores, les volets, etc. De même pour le toit.

« SUR ISOLEZ » LA TOITURE
Le toit constitue le point d’entrée des deux tiers de la chaleur, il faut donc y apporter une attention toute particulière en l’isolant. Une toiture en pente avec comble ventilé ou une toiture-terrasse protégée par un pare-soleil sont plus faciles à isoler (nécessitent un isolant de moindre épaisseur) qu’une toiture en pente sans comble ou avec combles peu ou pas ventilés, voire une toiture-terrasse directement exposée.

Toute toiture sera néanmoins doublée :
> Par l’intérieur par la pose de plaques de matériau isolant (de type polystyrène ou laine de roche d’au moins 40 mm d’épaisseur, posées sur le plafond en prévoyant une lame d’air, ou un pare-vapeur sur les deux faces pour lutter contre l’humidité. Elle peut aussi être sous rampant, c’est-à-dire en sous-face de toiture). - par l’extérieur (revêtement réfléchissant et isolant).
> Les matériaux et professionnels certifiés AGIR
Plus sont à privilégier car ils donnent accès à des aides financières d’EDF pour isoler la toiture et/ou les murs.

LA TÔLE DE COUVERTURE
Incontournable dans nos îles, la couverture acier est indispensable sur les charpentes légères et à faible pente, pour les bâtiments résidentiels comme industriels.
Les tôles ondulées ou bac prélaquées ont vu leur qualité s’améliorer. Le développement des procédés permet aujourd’hui un large choix de couvertures pour la construction et la rénovation, résistantes à la corrosion grâce à un revêtement « mer et soleil », idéal sous nos climats, et à l’usure. Certains profilés sont même garantis 40 ans.

L’innovation de ces dernières années, confort thermique oblige, consiste à réaliser des tôles pré isolées, soit par des panneaux en polystyrène, des panneaux sandwiches nervurés composés d’isolants polyuréthane, soit encore par un isolant mince collé en sous face limitant l’échauffement.

n° 126 - Mai 2017


logo Domîciles