Accueil du site > Articles > Réglementation > Combien coûte un chauffe-eau solaire ?

Combien coûte un chauffe-eau solaire ?



Au comptant ou à l’abonnement, les formules sont étudiées pour limiter l’impact financier.

L’installation d’un chauffe-eau solaire (CES) sera rendue obligatoire en mai 2010 dans les maisons individuelles neuves. En vertu de la nouvelle réglementation thermique (RTA Dom), le CES sera généralisé dans l’habitat individuel et dans l’habitat collectif (pour 50% des besoins).
Il n’est plus à vanter les bienfaits de cet équipement générant une énergie propre et gratuite pour l’utilisateur. Un chauffe-eau solaire de 200 litres (2 m2 de capteurs), équivalant à la consommation de 3 à 4 personnes, permet de produire 1600 kWh/an d’énergie et d’éviter la consommation de 4800 kWh de combustibles fossiles et l’émission de 1,2 tonnes de CO2 par an, selon le Prerure.

Aides au financement
Pour financer cet investissement, les mesures d’aides sont toujours d’actualité. Le particulier a le choix entre deux formules : l’achat au comptant ou l’abonnement à EDF. Prenons l’exemple d’un chauffe-eau solaire de 300 litres, équivalent à 3/5 personnes, d’un coût variant de 1800 à 2500 (primes comprises).
S’il achète l’appareil au comptant, le particulier bénéficie d’une prime EDF de 250 euros et d’un crédit d’impôt équivalent à 50% du matériel. Si le propriétaire est éligible à la défiscalisation Girardin, il peut toujours opter pour un bonus de 4% supplémentaire sur le taux de réduction d’impôt. Et si le logement a plus de 2 ans, la TVA sera facturée à taux réduit (2,10%). Pour le même appareil commercialisé sous abonnement EDF, le particulier dispose d’un moyen quasi indolore permettant d’étaler les efforts financiers. Il perçoit toujours 250 euros de prime EDF et une prime de la région de 200 euros (la part régionale varie selon le volume de l’équipement sur une échelle de 110 à 320 euros). Le coût mensuel pour l’abonné est, dans ce cas de figure, de 24 pendant 7 à 10 ans au bout desquels l’équipement deviendra sa propriété.

Et l’entretien ?
La durée de vie d’un chauffe-eau solaire est estimée entre 15 à 20 ans. Il doit être garanti contre le sel marin. Sa commercialisation est encadrée : le matériel doit être certifié CSTB et le technicien doit disposer d’une habilitation Qualisol. Il bénéficie d’une garantie décennale. Renseignez- vous si le démontage est compris en cas de nécessaire intervention.
Deux risques ont été mis à jour : les brûlures et la légionellose. Le risque de brûlure recommande la pose de mitigeurs sur les robinets. Certains appareils sont paramétrés pour éviter ce risque en limitant la température à 60°, qui est aussi la température minimale permettant d’éviter le développement des bactéries de la légionellose.

n° 48 du 25/03/2010