Accueil du site > Articles > Réglementation > EAU : UNE GESTION DIFFICILE

EAU : UNE GESTION DIFFICILE

POU R LES SYNDICS




Jeanne-Sophie Mepor, syndic de copropriété ( Patrimoine Immobilier )
« Une catastrophe ! »
« Les pr oblèmes de coupur es d ’eau peuvent tour ner à la catastr ophe. Certaines r ésidences du Gosier ont vu leur chauf fe-eau éclater les uns apr ès les autr es lors du r etour d ’eau apr ès coupur es. Pour les copr opriétair es, la factur e s’évalue à 30 000 eur os  !Sur Saint-François, les copr opriétair es commencent à invest ir dans des r éserves d ’eau ou des systèmes de pompes permet tant de fair e monter la pr ession. Cet te situat ion af fecte le tourisme. Certaines r ésidences hôtel ièr es se voient obl igées d ’invest ir en urgence dans des systèmes d ’appr ovisionnement pour maintenir leur act ivité, et en locat ion saisonnièr e, les pr opriétair es se voient également tenus de four nir des bidons d ’eau. Les locatair es sont, eux mal heur eusement habitués à cet te situat ion. Ils en souf fr ent mais pas encor e au point de vouloir déménager . »

Catherine Cazals, syndic de copropriété, co gérante d’Immo 971.
« Nous sommes fortement pénalisés »
« Sur 64 copr opriétés gér ées par le synd ic, 35 sont af fectées par les pr oblèmes l iés à l ’eau, en part icul ier au Gosier . Le manque d ’eau dur e depuis plus de deux ans et la situat ion ne fait qu’empir er . Les pr oblèmes concernent natur el lement les coupur es d ’eau – l ’eau ne r evient souvent que la nuit -, mais aussi la facturat ion. Les part ies communes de certaines copr opriétés à Saint-François ou à Pointeà-Pitr e ont connu des pr oblèmes de fuite et nous avons r eçu des mises en demeur e, nous r éclamant des sommes colossales non pr ovisionnées pour des sur consommat ions au t itr e des part ies communes, qui se montent à plusieurs d izaines de mil l iers d ’eur os. Ces injonct ions à payer portent sur deux à tr ois années  : sans aucune facturat ion pr éalable. Cet te situat ion pénal ise fortement la vie des locatair es qui menacent de part ir , cel les des pr opriétair es mis devant le fait accompl i ainsi que la gest ion des copr opriétés. Il faudrait une personne à plein temps pour gér er ce pr oblème de l ’eau. »

n° 109 du 30/04/2015