Accueil du site > Articles > Réglementation > L’expert immobilier protège vos intérêts

L’expert immobilier protège vos intérêts



L’intervention d’un professionnel peut s’avérer utile dans de nombreuses circonstances pour évaluer la valeur d’un patrimoine.

Qu’il s’agisse d’une vente libre, d’un divorce, d’une succession ou pour fixer une valeur immobilière dans le cadre de la déclaration de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), l’intervention d’un professionnel permet une évaluation rigoureuse.

Partage immobilier, ISF…
Si l’évaluation du patrimoine est une démarche libre, sauf cas de force majeure, l’expertise des biens immobiliers, moins fréquente lors d’une transaction ordinaire, peut se révéler indispensable dans des cas où l’estimation se révèle difficile. Par exemple si la valeur d’un patrimoine frôle la déclaration à l’impôt sur la fortune (ISF).
L’intervention d’un expert se justifie également en cas de partage immobilier (donation, succession, séparation ou divorce) afin d’éviter toute contestation ultérieure et d’attirer l’attention du fisc en cas de sous-évaluation du bien.

Une cote référencée
L’expertise suppose la visite du bien et la rédaction d’un rapport détaillé. Les honoraires des professionnels étant libres, le coût est fonction de la prestation demandée. Il est recommandé de s’adresser aux organisations professionnelles et de demander un devis.
L’évaluation n’est pas une science exacte. Au contraire d’un propriétaire qui a tendance à surévaluer son bien sur des critères subjectifs ou parce qu’il espère en retirer le maximum de plus-value, l’expert tient compte de critères objectifs. L‘analyse du marché, par comparaison, est la base pour calculer la valeur vénale du bien, c’est-à-dire « le prix auquel ce bien pourrait être vendu ou acheté s’il était mis sur le marché dans des conditions normales d’offre et de demande. »

Critères objectifs
Sur une maison avec terrain, par exemple, les facteurs pris en compte concernent le site du bien et son environnement, le terrain (configuration, surface, forme, relief ) et les éléments d’équipement qui y sont attachés, l’architecture de la construction, ses caractéristiques techniques (normes, qualité de l’entretien,etc.). Selon une grille codifiée, des coefficients correcteurs valorisant ou dévalorisant sont appliqués pour affiner la valeur du bien.