Accueil du site > Articles > Réglementation > L ’IMMOBILIER IMP ACTÉ P AR LES PROBLÈMES

L ’IMMOBILIER IMP ACTÉ P AR LES PROBLÈMES

LIÉS À L’EAU



Coupures, tours d’eau, manque d’eau, facturation singulière : comment les propriétaires, locataires, acquéreurs et professionnels de la location touristique appréhendent les difficultés de distribution de l’eau ? Selon les secteurs, la situation n’est pas neutre pour l’activité immobilière ainsi que l’attestent des agences et syndics de copropriété.


Stéphane Bohera, gérant d’Agetis
« Des problèmes de facturation  »
« Nous n’avons pas de r etour l iés aux d if ficul tés de d istribut ion d ’eau de la part des locatair es mais davantage sur la facturat ion et le suivi de la consommat ion. Moi-même, je suis tr ès af fecté par ces pr oblèmes de d istribut ion et de coupur es ! »

M. Leoncedis (Century 21- AGCO Plus Immo)
« Pas de réclamations particulières »
« En règle générale, nous n’avons pas réclamations particulières des locataires sur ces questions de distribution d’eau. Et pas davantage de retombées sur les transactions. Ce qui nous pose davantage de problèmes, ce sont les délais plus longs de réalisation de vente, en fonction du traitement des dossiers. Il peut s’écouler un mois supplémentaire de délai pour la vente, par rapport aux formalités de la copropriété, ou à la réalisation des diagnostics de l’assainissement. Je ne suis pas pessimiste mais cela ne contribue pas à la bonne santé de l’activité économique. Nous avons pourtant beaucoup d’atouts pour réussir. »

Olivier Boutarel co-gérant (Agim- Orpi)
« Sainte-Anne sinistrée, problèmes sur les mornes de Gosier »
Les administrés de Sainte-Anne sont très impactés. C’est une commune sinistrée au niveau de la distribution d’eau. Les acquéreurs sont même réticents. Nous constatons des refus d’achat occasionnés par ce problème, même si ces refus sont marginaux. Les gens se renseignent pour savoir si l’habitat dispose d’une citerne d’appoint avec surpresseur, avant de signer.
Dans le collectif, cela pose régulièrement problème. Les gens sont aussi réticents pour acheter car, sans citerne et surpresseur adapté à l’ensemble de la copropriété, cela générerait un surcoût sur leur investissement qu’ils ne sont pas prêts de payer.
Concernant Gosier, nous n’avons pas de retour négatif à l’exception des biens à l’intérieur des terres ou des hauts des mornes. Là, les équipements sont sous dimensionnés par rapport aux besoins. J’en veux pour preuve le lotissement des Aloes à la Bouaye. Prévu pour accueillir 20 maisons à l’origine, il accueille 50 logements dont du collectif, après autorisation de la mairie, car le terrain était accessible à l’eau. Mais sans citerne supplémentaire, et sans surpresseur, par rapport à tous ces besoins nouveaux, le débit est insuffisant et la situation n’est pas viable.

Jean-Michel Brizard (Hestia Immobilier)
« Les communes impactées par les coupures d’eau »
La problématique de l’eau a un impact certain en Guadeloupe, dans le cadre des transactions immobilières, aussi bien pour acheter que pour louer, les clients posant souvent la question de la distribution de l’eau. C’est le cas pour l’ensemble des communes réputées pour leurs coupures d’eau à répétition, par exemple Anse-Bertrand, Petit-Canal, Petit Bourg, ou même Goyave. »

Catherine Guissard (Promo Invest) :
« Un problème récurrent à Gosier Basdu-Fort »
« C’est un problème récurrent, en particulier à Gosier Bas-duFort où le réseau est déficient. L’eau n’arrive que 2h/24h et spécialement la nuit ! Pour pallier cet inconvénient qui ne peut être réglé rapidement, une copropriété d’une centaine de logements, regroupant bailleurs et propriétaires occupants, a voté en urgence l’installation d’un réservoir avec surpresseur qui permet 36 heures d’autonomie. C’est un surcoût sur les charges mais c’est efficace pour habiter ou louer des logements décents. Le problème est aussi soulevé à Capesterre-Belle-Eau.
A Baie Mahault ou Moudong, nous ne sommes pas confrontés à des ennuis de ce type où les résidences sont plus récentes ou encore parce que, les propriétaires font preuve de prudence en s’équipant de cuves. »

n° 109 du 30/04/2015