Accueil du site > Articles > Réglementation > LA PAROLE À PATRICE SIKSIK « LA FORMATION DES EXPERTS EST CRUCIALE (...)

LA PAROLE À PATRICE SIKSIK « LA FORMATION DES EXPERTS EST CRUCIALE »



En visite privée dernièrement en Guadeloupe, le nouveau président national de la Chambre des Experts immobiliers Fnaim nous a accordé un entretien.

QUELLES SONT LES DIFFICULTÉS AUXQUELLES EST CONFRONTÉE VOTRE PROFESSION ?

Les experts immobiliers sont sollicités lorsqu’il y a un conflit ou problème après que la transaction a eu lieu. La clientèle n’a pas l’habitude de faire intervenir un expert avant d’acquérir un bien immobilier, ce qui n’est pas le cas des Anglais, Allemands,
Suédois… qui, avant d’acquérir un bien, font appel à un expert pour conforter leur acquisition.

QUELLE EST VOTRE FEUILLE DE ROUTE AU NIVEAU NATIONAL ?
La formation des experts immobiliers est cruciale. L’immobilier est un secteur en pleine mutation que ce soit en matière de diagnostic ou en matière fiscale, juridique, etc.
L’expert doit être en mesure de faire face à tout type de questions, de pouvoir les interpréter et de les restituer dans son rapport de façon claire, même pour un profane de l’immobilier… Les experts interviennent dans divers types d’expertise. Leurs champs d’intervention sont variés : acquisition, vente, expulsion, expropriation, divorce, succession, rachat de parts sociales etc… Ceci réclame une grande compétence qu’il faut garantir à nos clients. La formation continue obligatoire doit être accentuée. Nos experts doivent pouvoir accéder à d’autres spécialités et il faut leur en donner les moyens.

LA NOUVELLE DONNE EN TERME DE FISCALITÉ, ENCADREMENT DES LOYERS, ETC. A-T-ELLE DES INCIDENCES SUR VOTRE PROFESSION ?
Oui bien sûr car à chaque nouvelle donne immobilière, nous devons étudier l’impact de la mesure sur la valeur que l’expert doit déterminer. Mais l’encadrement des loyers n’a pas de réel effet dans la plupart des villes françaises.
Les augmentations visées par cette loi interviennent au moment de la relocation. Or, sur un marché tendu il n’y a pas ou peu de remise en location, donc pas de nouveaux baux. Le manque de fluidité du marché n’est pas dû au prix des loyers mais au manque de bien mis sur le marché.
Je pense d’ailleurs que les mesures qui sont prises actuellement vont accentuer la baisse des remises de biens sur le marché car nous le savons : c’est le bailleur privé qui répond à la problématique du marché locatif.

QUE PEUVENT APPORTER LES EXPERTS DES ANTILLES, DE PART LEURS SPÉCIFICITÉS, AUX EXPERTS DE L’HEXAGONE ?
Un pragmatisme évident. Je me souviens, lors d’un colloque d’experts à Nice où les experts se plaignaient des diverses réglementations de préventions des risques.
Un expert de Guadeloupe est intervenu et a dit : « ce qui vous interpelle, c’est notre quotidien aux Antilles ». Il a ensuite énuméré les risques et catastrophes auxquels vous êtes soumis. Une fois son intervention terminée, il n’y avait plus de question sur le sujet !

LNI N°84 AVRIL 2013