Accueil du site > Articles > Réglementation > Les constructeurs face à la RTAA DOM

Les constructeurs face à la RTAA DOM



En vigueur à compter du 1er mai 2010, la réglementation thermique, acoustique et d’aération (RTAA) dans les DOM fait grincer les constructeurs et pose des questions de faisabilité.

S’ils reconnaissent les bienfaits d’un habitat amélioré pour le particulier, les professionnels se sentent « démunis » et insuffisamment préparés à cinq mois du coup d’envoi de la RTAA Dom face au flou que suscitent certaines des mesures.

Ouvertures : ça coince !
Au-delà du surcoût qu’impliquent ces nouvelles normes, hors chauffe-eau solaire – le CSTB l’aurait estimé à 6% lors d’une première étude en 2003 - les constructeurs notent une superposition des réglementations avec, pour effet, un risque d’amenuisement de celles-ci.
Premières zones d’ombre visées, les mesures de ventilation naturelle destinées à réduire l’utilisation des climatiseurs. Pour mémoire, la RTAA Dom prévoit des ouvertures sur au moins deux façades d’orientations différentes et dans chaque pièce principale, un taux minimal d’ouverture d’au moins 20% de la surface totale (contre 10 à 15% actuellement), quelle que soit l’exposition, ainsi qu’une attente pour les ventilateurs de plafond dans les chambres et les pièces de plus de 20 m2.
« Les ouvertures s’inscrivent dans une démarche forfaitaire, ce qui complique les choses » estime Patrice Lasnier, président régional de l’Union des maisons françaises. M. Lasnier regrette notamment « qu’en augmentant le nombre d’ouvertures dans une proportion de 1 à 3 », le législateur n’a pas suffisamment évalué les critères spécifiques comme l’orientation des bâtiments, la place des murs de contreventement dans la construction parasismique, ou les mesures d’étanchéité en lien avec les normes de construction paracyclonique.

De l’usage de la climatisation
M. Lasnier dénonce la méconnaissance des usages locaux en rapport avec l’utilisation de la climatisation. « Les particuliers branchent la climatisation essentiellement la nuit. Je doute que même avec une bonne ventilation naturelle, ils laissent les fenêtres de leur maison ouvertes, à la fois pour des raisons de sécurité et d’intimité et pour lutter contre le bruit ».
La distinction de l’indice de facteur solaire entre les pièces climatisées et non climatisées pour isoler les parois opaques des rayons solaires laisse, en outre, les constructeurs dubitatifs quant à la prise en compte de ces critères dans la construction.
L’isolation du toit et la protection des baies pour réduire la chaleur dans le logement figurent parmi ces normes. Les nouvelles dispositions induites par la RTAA DOM pourraient se traduire, à prix égal, par une diminution des surfaces habitables.

A SAVOIR
200 professionnels de la construction ont été invités par la DDE à faire part de leurs observations. Une formation pourrait être organisée en début d’année prochaine.

n° 44 du 26/11/2009