Accueil du site > Articles > Réglementation > Normes constructives parasismiques

Normes constructives parasismiques

Les précautions à prendre



Comment faire en sorte que le bâtiment tienne debout lors d’un séisme pour avoir le temps d’en sortir indemne ?

Le terrible tremblement de terre survenu en Italie le 6 avril nous rappelle combien nous sommes vulnérables lorsque les constructions présentent de graves anomalies. A l’Aquila, au moins 295 personnes sont mortes sous les bâtiments qui se sont effondrés, faute de normes peu ou mal appliquées.
Construire parasismique est une précaution de base dans les zones comme la nôtre où le risque sismique (niveau III) est le plus élevé de France. La construction doit tenir compte de cet aléa dans les techniques qui sont mises en oeuvre. Celles-ci sont conçues pour augmenter la résistance des bâtiments et sauver des vies en cas de catastrophe majeure. Pour faire en sorte que l’ouvrage tienne debout, le temps pour ses occupants d’en sortir.

Divers paramètres en jeu
Construire parasismique ne se limite pas à l’utilisation de matériaux plus épais ou à un ferraillage plus dense. C’est la combinaison de différents paramètres : de la nature du sol à la profondeur des fondations, de sa stabilité structurelle aux matériaux utilisés (taille des parpaings, qualité du béton) qui déterminent la validité parasismique de la future construction.
Même la qualité de l’entretien entre dans les propriétés parasismiques.
Lors des secousses, les déplacements de terrain viennent du sol. Ils se transmettent aux fondations puis à toute la structure. Il est donc primordial que la taille et la structure des fondations soient calculées en fonction du projet et de la nature du sol.

Coulage en pleine fouille
Dans la construction parasismique, la technique du coffrage est interdit. Les fondations doivent être coulées en pleine fouille et composer un réseau formé et maillé. Une fondation ne peut pas être isolée. Elle doit être impérativement reliée aux autres fondations par des longrines. Il s’agit de créer un système de fondation homogène, vacillant d’un seul bloc, sous tout le bâtiment.
L’application des règles de l’art comporte également quelques principes de base. Les fondations doivent être ancrées profondément dans le sol, au-delà de 30 à 40 cm, pour toutes les constructions individuelles. Et même « 50 cm devraient être un minimum » indique un ingénieur béton.

A SAVOIR
Dans l’attente de la normalisation européenne Eurocode 8, la construction parasismique répond à des normes de prévention regroupées dans les textes réglementaires, appelées règles PS 92, et dans le guide forfaitaire simplifié (le guide CPMI).

n°37 du 30/04/09