Accueil du site > Articles > Réglementation > Plan séisme aux Antilles

Plan séisme aux Antilles

« La prévention du risque est l’affaire de chaque instant »



La semaine « Sismik » a été le point d’orgue du Plan séisme Antilles 2008. Explications avec Guillaume Steers, chargé de mission sur les risques naturels à la Direction régionale de l’Environnement.

Quel est l’objectif de la campagne de sensibilisation au risque sismique ?
L’acuité du risque sismique en Guadeloupe a poussé l’Etat à consentir, ces dernières années, d’importants efforts en vue de développer la culture du risque, d’informer et de préparer les populations.
Depuis leur lancement en novembre 2005, ces actions d’information et de sensibilisation au risque sismique, sont intégrées dans le Plan Séisme (www.planseisme.fr).
Dans la continuité de cet effort d’information et de prévention, la direction régionale de l’Environnement et la préfecture de Guadeloupe ont mis en oeuvre « La semaine Sismik » au sein du Groupe de Projet Local sur le risque sismique. Il s’agit d’une organisation similaire à la semaine « Replik » organisée en Martinique en 2006 et 2007. La semaine « Sismik » est destinée à devenir récurrente en Guadeloupe. Elle est le point d’orgue des autres démarches ponctuelles. En effet, la prévention du risque sismique est l’affaire de chaque instant.

En quoi consiste le plan séisme ?
L’objectif du Plan séisme « national » (2005-2010) est de réduire la vulnérabilité des personnes et des biens aurisquesismique. Il comportequatrechantiers : mieux former, informer et connaître le risque ; améliorer la prise en compte du risque sismique dans les constructions  ; concerter, coopérer et communiquer ; contribuer à la prévention du risque de tsunami. Il est mis en oeuvre localement sous le pilotage du préfet au travers du GPL et animé par la DIREN.
En janvier 2007, compte tenu du risque nettement plus fort aux Antilles et de l’importance des actions à conduire, l’Etat a créé un plan spécifique pour la Guadeloupe et la Martinique, appelé « Plan Séisme Antilles ».
Ce plan liste les actions qui sont pilotées par l’Etat, parce que celui-ci assume ses responsabilités en matière de gestion de crise, qu’il est propriétaire de bâtiments ou infrastructures dont il doit assurer la sécurité et qu’il apporte enfin un financement majeur à des opérations que les collectivités territoriales, maîtres d’ouvrage, ne peuvent prendre en charge à hauteur suffisante.

Qu’implique-t-il en terme de construction  ?
L’un des objectifs du Plan Séisme est d’informer la population sur les normes de constructions parasismiques qui vont bientôt évoluer avec l’application de l’Eurocode 8 et sur l’obligation de construire en se conformant à celles-ci. Ce n’est pas le séisme qui tue, mais les bâtiments qui s’écroulent sur leurs occupants, et pour pallier à cela, la seule parade est de construire dans le respect ces règles.
Le Plan vise également à la formation des professionnels de la construction. Ce travail sur la formation est, depuis l’été 2008, orchestré par le comité de pilotage du renforcement de la formation en génie parasismique en Guadeloupe.
Des études sont également menées pour permettre de mieux prendre en compte le risque sismique dans les constructions. Il s’agit, par exemple, des études de microzonage sismique qui permettent d’adapter au mieux les règles de constructions à la réalité du terrain et à la réponse du sol sous sollicitation sismique.
Concernant les actions sur le bâti, des diagnostics et travaux sont en cours et programmés sur nombres de bâtiments et infrastructures publics, les priorités étant principalement mises sur les bâtiments de gestion de crise et les établissements scolaires, mais également sur les établissements de santé et le logement social.

A SAVOIR
L’étude du BRGM réalisée en 2008 à la demande de l’Etat confirme que le risque de tsunami pouvant causer des dommages,bien que rare,existe dans toutes les Antilles françaises. Pour se préparer à un tel risque en Guadeloupe, les services de l’Etat ont conçu une plaquette pour informer chacun du risque de tsunami et des actions qui peuvent sauver. (L’étude est consultable sur le site www.planseisme.fr) Le budget consacré par la DIREN en 2008 aux actions d’information et de formation dans le domaine du risque sismique est d’environ 600 K€.

n°32 du 27/11/08