Tri sélectif

L’exemple vient du privé



La Guadeloupe est en retard sur le tri et le traitement de ses déchets.

Si la volonté publique s’affiche sur le papier, concrètement, cette démarche environnementale est impulsée par le secteur privé. Ainsi, des entreprises s’engagent-elles dans des actions de développement durable en initiant leurs salariés aux gestes quotidiens d’un environnement propre.

Changer les habitudes

Ténesol est l’un de ces pionniers qui ont engagé une démarche éco citoyenne des déchets générés par leur activité. S’appuyant sur un cabinet d’études spécialisé dans les procédures environnementales, la société a lancé cette action, en 2005, sous convention avec l’Ademe*. « Lorsque le projet a démarré, nous avons lancé une campagne de sensibilisation par service. Tout le monde s’est mobilisé. Cette démarche demande une implication régulière  » témoigne Lisiane Martens, correspondante « environnement » de Ténesol. Autant dire que le tri slectif conduit à des changements d’habitude qu’il faut apprendre à gérer.

90% des déchets revalorisés

Papier, cartons, plastiques, chiffons souillés, polystyrène, piles, tubes fluorescents… tout est récupéré dans les bacs de tri et sélectionné en fonction du type de déchets. « 90% des déchets sont destinés à une filière de revalorisation » explique Mme Martens. Les papiers et cartons sont compactés pour être acheminés vers les centres de tri. Hormis les plastiques qui sont revalorisés sur place en dalle plastique ou en dalles pré engazonnées artificielles, les autres déchets qui ne peuvent être transformés localement sont conditionnés pour être réexpédiés vers les filières de revalorisation. La société se charge du transport jusqu’aux unités de traitement.

Boule de neige

Les bacs de tri de la salle d’accueil, les panneaux explicatifs montrant le devenir des déchets interpellent la clientèle. La société partage volontiers son expertise. « Les gens s’informent pour savoir comment initier le tri chez eux. Des instituteurs nous contactent pour savoir comment mettre en place le tri dans les écoles et des mairies se montrent intéressées » explique Lisiane Martens. L’exemple à suivre, en somme. Ademe* : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

A SAVOIR

Les déchetteries de la Gabarre, de Petit- Pérou Abymes, de Moule disposent de bacs de tri. Celles de Deshaies et Sainte Rose en comprendront également.